Faits en Bref
Nationalité: France
Nombre total de livres: 1 Livres
Émile Zola
Né à Paris le 2 avril 1840, d’une mère bourguignonne et d’un père d’origine italienne, Émile Zola passe toute sa jeunesse à Aix-en-Provence.
En 1847, la mort prématurée de son père met la famille dans une situation financière précaire.
À partir de 1858, Zola s’établit avec sa mère à Paris ; après deux échecs au baccalauréat « à cause du français », il doit lutter pour faire son chemin ;
il se trouve une place chez Hachette où il sera chef de la publicité de 1862 à 1868.
Ses nouvelles fonctions le mettent en rapport avec quelques-uns des écrivains les plus connus de l’époque –Lamartine, Michelet, Sainte-Beuve, Guizot, Edmond About–, comme elles lui ouvrent les portes du métier littéraire :
en 1864, il publie un petit recueil de contes, les « Contes à Ninon », et l’année suivante, en 1865, son premier roman, la »Confession de Claude ».
Mais ce n’est qu’avec « Thérèse Raquin » (1867) et « Madeleine Férat (1868) qu’il connaît le succès. Il conçoit l’idée d’un cycle romanesque, l’histoire des Rougon-Macquart, dont il rédige le premier roman, « La Fortune des Rougon », à partir d’avril 1869.
En 1870, Zola se marie avec Alexandrine Meley, s’engage dans le journalisme et décide de vivre de sa plume.

Dès lors, il se donne entièrement à la composition du cycle des Rougon-Macquart, et pendant près d’un quart de siècle, il va publier à la cadence moyenne d’un roman par an les vingt livres de cette « histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second Empire ».

La parution des premiers romans (« La Fortune des Rougon », 1871 ; « La Curée », 1872 ; « Le Ventre de Paris », 1873 ; « La Conquête de Plassans », 1874 ; « La Faute de l’Abbé Mouret », 1875 ; « Son Excellence Eugène Rougon », 1876) déchaîna des réactions peu enthousiastes ; et ce n’est qu’à partir du septième volume, « L’Assomoir » (1877), que le succès, dû au scandale, le rend célèbre et lui procure l’argent nécessaire pour s’acheter une maison à Médan, non loin de Paris, où se groupent les écrivains de l’école naturaliste et publient en commun, « les Soirées de Médan » (1880).

Zola fait figure de chef d’école, cumule les succès avec « Nana » (1880), « Pot-Bouille » (1882) et surtout « Germinal » (1885) qui eut un retentissement énorme.

À partir de 1888, la vie de Zola est bouleversée par sa liaison avec une jeune femme de vingt-deux ans, Jeanne Rozerot, qui devient sa compagne et lui donne deux enfants que Madame Zola reconnaîtra à la mort de son mari.

La même année, désireux de montrer qu’il peut passer de la violence à la délicatesse, il publie « Le Rêve ». Mais il revient deux ans plus tard à sa véritable inspiration, avec « La Bête humaine » (1890), « L’Argent » (1891), « La Débâcle » (1892), et achève ce cycle qui lui pesait déjà lourd, avec le « Docteur Pascal » (1893), non sans avoir souffert des attaques virulentes d’écrivains qui furent un temps ses disciples (Manifeste des Cinq, 1888).

Après avoir mené à son terme la série des Rougon-Macquart, Zola s'absorbe dans l'élaboration d'un nouveau cycle romanesque, qu'il entend consacrer aux grands problèmes de son époque, les "Trois villes: Lourdes (1894), Rome (1896), et Paris (1898). Influencé par les théories socialistes, il veut se faire prophète et prêcheur, dans un autre cycle intitulé "Les Quatre Évangiles: Fécondité (1899), Travail (1901), Vérité (1903-posthume), et Justice qui resta inachevé.
Ces ouvrages sont généralement peu connus et presque délaissés par les critiques.
Par contre, les dernières années de Zola furent dominées par l'affaire Dreyfus.
Sa grande audace se manifesta dans la lettre ouverte "J'accuse...!", publié dans "l'Aurore", adressée au Président de la République Félix Faure, et qui déclencha une campagne pour la révision du procès.
Condamné à un an de prison, Zola dut s'exiler à Londres le 8 juillet 1898 et ne fut grâcié qu'en juin 1899, lorsque l'innocence de Dreyfus fut démontrée.
Zola continua son action pour obtenir la réhabilitation de l'officier (Vérité en marche, 1901).
Celui-ci sera finalement acquitté en 1906, après la mort de l'auteur qui eut lieu le 29 septembre 1902, dans son appartement à Paris, à cause d'une asphyxie accidentelle qui reste empreinte d'un certain mystère.
Recherche
  • Sommaire :
    Samer, un enfant de ton âge, a la chance d'habiter dans une forêt. Parmi ses amis, un sapin qui un jour se mit à pleurer... puis à parler. Quel mystère? Quelle magie? Un arbre peut-il parler? Que peut-il dire?
    Titre:Un ami pour la vie
    Auteur:Marie-Anne A.H. Bitar
    Cible:Enseignement Primaire
  • Sommaire :
    Une pochette de la lecture des contes détournés, qui contient deux livres:- Mystère de Marie-Aude Murail- 5 contes de Perrault et de Grimm
    Titre:Mystère
    Auteur:Marie-Aude Murail
    Cible:Enseignement Moyen
  • Sommaire :
    Ce que Lucas aime le plus au monde après son papa, sa maman et sa soeur Lola, c'est les bouquins qu'il adore lire et puis relire. Dans sa classe personne ne partage sa passion, mais ce n'est sûrement pas très grave. Lucas, qui a beaucoup d'imagination, se plaît à raconter à ses camarades d ...
    Titre:Lucas, Odile et un amour de crocodile
    Auteur:Carole Awit
    Cible:Enseignement Primaire
  • Sommaire :
    Le narrateur revient à Beyrouth après sept ans d'absence. Il y retrouve sa famille et ses amis. Les scènes familières de la vie quotidienne font bientôt surgir dans sa mémoire le passé, la guerre qui a ravagé le Liban. Il revit alors des événements parfois tragiques, parfois plaisants: les ...
    Titre:L'école de la guerre
    Auteur:Alexandre Najjar
    Cible:Enseignement Moyen
Connexion Utilisateur
 
     
Oublié mot de passe ?